los uelhs de Cap Ozom
28 septembre 2015

La série Ligams conti­nue avec un chant de la vallée d’Arbéost-Ferrières filmé et enre­gis­tré en juin der­nier entre Tarbes et Bagnères, au pied des coteaux, alors que le soleil se lève tout juste.


los uelhs de Cap Ozom

M’ei vengut a la pen­sada, per víver beth long de temps
De béver quau­qua rasada, e de préner lo temps com vien

Deus mes char­mants endrets deu mond son los uelhs de Cap Ozom
Pròche d’aquiu son las tèrras d’Arbeòst, Arrens e Marçós
On guar­da­van las ber­gè­ras qui lòtjan dab los pas­tors

En aqueth endret char­mant, pen­dent los siés mes de l’an
On pacat­jan las aul­he­tas, e los ten­dres anhe­rons
Pastors en hèit d’amo­re­tas, be n’ètz donc vosauts urós

Quan jo guar­davi n’aqueth quar­tièr, ua ber­gera qui j’avè
Quan lo cèu l’avè for­mada, long­temps s’i èra pre­pa­rat
Que l’avè plan pro­por­cio­nada, en sa talha e sa beutat

Quan jo jogavi deu claron, que’n volè enté­ner lo son
Diu d’aquera votz tan clara, mon Diu quin agra­da­ment
Tots los rochèrs que’n trem­bla­van, que’m hasèn lo còr content

— 

Il m’est venu à la pensée, pour vivre bien long­temps
De boire quel­que rasade
Et de pren­dre le temps comme il vient

Des plus char­mants endroits du monde
Sont les sour­ces de l’Ouzoum
Près de là sont les terres
D’Arbéost, Arrens et Marsous
Où gar­daient les ber­gè­res
Qui logent avec les ber­gers

En cet endroit char­mant
Pendant les six mois de l’an
Où paca­gent les brebis
Et les ten­dres agne­lets
Bergers en train de cour­ti­ser
Vous êtes donc bien heu­reux

Quand je gar­dais en ces lieux
Une ber­gère il y avait
Quand le ciel l’avait formée
Longtemps il s’était pré­paré
Il l’avait bien pro­por­tion­née
En sa taille et sa beauté

Quand je jouais du haut­bois
Elle vou­lait en enten­dre le son
Mon Dieu quelle voix si claire
Mon Dieu quel plai­sir
Tous les rochers en vibraient
Et ren­daient mon cœur content


Vox Bigerri

Autres news